Jeu de tarot
Visiteur

Tout et rien

Discutez ici des tout et de rien, sur n'importe quel sujet.

NOËL

NOEL

Chaque enfant espère, en cette fin Décembre
Habillé de neige, depuis le fond d'une chambre,
En la magie de Noël, et de la fête retrouvée,
Récitant prière, tout rêveur... ensommeillé.

Père Noel reviens ! peu importe mon âge !
En songe les rennes volent ! ils traversent les nuages !
Repose dès minuit près du sapin, mes voeux,
Enguirlandé de magie, juste à côté du feu.

Nous vivrons le bonheur, tu verras dans mes yeux,
Ouvrant mes mains aussi, tous les enchantements,
Entendra bien des rires, des Petits et des Grands.
Louons le Ciel ou toi, Protecteur des coeurs d'Enfant.

Signorina rose

Réponse de boscavert

Douce nuit

Douce nuit, blanche nuit,
C'est Noël aujourd'hui
Et pendant que tes clochers joyeux
Carillonnent à la voûte des cieux,
Sous le toit des chaumières
On a le coeur bien heureux.

C'est si joli un sapin vert
Qui sourit les bras couverts
De lumières et de cheveux d'argent,
Près du feu qui s'éteint doucement,
Il apporta tant de joies, Lui,
Le soir où il descendit.

Douce nuit, blanche nuit,
C'est Noël aujourd'hui,
Lui, dans le froid et le vent,
Attendu depuis la nuit des temps,
Pour nous donner en rêve
Un peu de son paradis.
À Noël.

Tino Rossi

Réponse de Dimitile

Merci c'est bon de lire ces poèmes

Réponse de 41elliryc

Hello!!!

Merci pour ces deux poèmes qui apportent de la gaité supplémentaire dans ces périodes de fêtes et qui embellissent la vie du forum.

Bons jeux à tous^^

Réponse de PENN AR BED

TRES JOLIS POEMES EN EFFET!!!!!!!!!!
Mais pour beaucoup je crois NOËL reste une fête avec pleins de cadeaux c'est sympa : je veux bien.
Mais un très grand nombre de personne doivent avoir oublié volontairement ou non que NOEL, c'est avant tout
le jour ou L'ON FÊTE LA NAISSANCE DU CHRIST.
Je ne vais pas vous faire une homélie, ce n'est pas mon rôle, mais pour certains pensez y quand même.
Et revenons de grâce à des valeurs beaucoup plus terre à terre que les guirlandes et les sapins.

Réponse de Yareg

Bonsoir les Zami e s

Zolis poèmes merci.
Cette chanson m'a ému, petit garçon et même après...

GRAEME ALLWRIGHT "petit garçon" (chanson de Noël)
https://www.youtube.com/watch?v=zTZ40A4kqmY

Réponse de boscavert

Les sapins, Guillaume Apollinaire

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus

Les bateaux qui sur le Rhin voguent
Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
À briller plus que des planètes

À briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Au vent des soirs d'automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l'hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L'été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divagants
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l'ouragan
Un vieux sapin geint et se couche.

Réponse de boscavert

En famille, entre amis. Sous la neige ou sous le soleil. Où que vous soyez, vous êtes sûrement en pleine préparatif de Noël. Une fête, synonyme de traditions. Sapin, guirlandes, cadeaux... D'un pays à l'autre, les traditions de Noël traversent les siècles. Mais quelles en sont les origines ?
Le sapin de Noël
D'une coutume païenne remontant à l'Antiquité..
La coutume du sapin de Noël ne date pas d'hier. Elle trouverait son origine dans la Rome Antique. Autrefois, elle était associée au solstice d'hiver du 25 décembre (à l'époque le solstice était le 25 décembre, aujourd'hui, il a lieu le 21 décembre) et marquait la fête de la divinité solaire Sol Invictus, indique le site croire.la-croix. La semaine précédent le solstice d'hier, on fêtait Saturne, le dieu de l'agriculture et on s'échangeait des cadeaux. Les Romains décoraient leur maison tandis que chez les peuples Scandinaves et germaniques, on célébrait la fête de Yule.
Le sapin représente un symbole de vie et de renouveau
Selon des recherches, les Celtes avaient pour habitude d'associer chaque mois lunaire à un arbre. L'épicéa, symbole de l'enfantement, aurait été choisi pour le mois de décembre. Pour eux, cette période correspondait à la renaissance du Soleil. Dans la mythologie nordique, le dieu ase Heimdall déposait des cadeaux à ceux avaient été sages pendant l'année, rapporte le site La Croix.
Noël, le solstice d'hiver et le renouveau de la nature
Noël est aujourd'hui une fête largement païenne, qui voit les familles se réunir autour d'un bon repas et procéder à l'échange rituel de cadeaux autour du fameux sapin. Mais Noël reste, avant tout, la fête religieuse majeure chrétienne qui commémore chaque année, depuis 1.500 ans, la naissance de Jésus de Nazareth, le 25 décembre. Une date qui ne doit rien au hasard. Choisie de manière à supplanter les fêtes païennes du solstice d'hiver, elle tombe à quelques jours à peine de la nuit la plus longue de l'année. Et donc, du jour le plus court : le 21 décembre.

Ce jour du solstice d'hiver est aussi celui qui marque le moment de l'année à partir duquel les jours recommencent à s'allonger. C'est l'événement qui marque la renaissance du cycle de la nature. Son importance pour la survie de l'humanité, a conduit de nombreuses civilisations de par le monde à le fêter, sous des formes différentes, et ce depuis la plus haute antiquité.

Dans l'empire romain, la date du 25 décembre, qui correspondait alors au solstice, marquait la fête de la divinité solaire, Sol Invictus. Elle était elle-même précédée de la semaine des Saturnales, célébrant Saturne, dieu de l'agriculture pendant laquelle il était d'usage de s'échanger des cadeaux. Pour les Celtes, les Perses ou même les Vikings, en Europe du nord, il s'agissait aussi d'une fête majeure. Aujourd'hui encore chez les Chinois, le jour « extrême de l'hiver », est celui où les forces du yin et du yang s'harmonisent et où les familles se réunissent. Quant aux Hindous, il s'agit pour eux du début des célébrations du « pancha ganapati », dédiées au dieu éléphant Ganesh.

Le sapin : une tradition païenne, récupérée par l'Eglise
Quant au sapin, comme la plupart des symboles de Noël, il trouve également ses origines dans les religions païennes qui ont précédé le christianisme. Dans toutes ces célébrations liées au solstice, l'usage d'arbres à feuilles persistantes comme éléments de décoration est une constante. Les Romains décoraient ainsi pour l'occasion leurs maisons avec des branches de conifères. Quoi de plus symbolique, au coeur de l'hiver, que des arbres aux épines toujours vertes, pour célébrer le retour de l'allongement des jours et du printemps?

Des légendes en pagaille..
Et si le premier arbre de Noël est-il français?
Avant de se réapproprier cette tradition, l'Église a toutefois longtemps combattu les cultes païens rendus aux arbres. Quant à savoir où, quand et par qui le premier sapin de Noël a été inventé.. La légende veut ainsi qu'au VIIIe siècle, saint Boniface de Mayence, « apôtre des Germains », ait abattu d'un seul coup de hache un arbre sacré appelé « le chêne de Thor » en présence de nombreux païens, dans l'actuelle région allemande de la Hesse. Ces derniers se seraient aussitôt convertis. Le dieu au marteau qui n'avait pas immédiatement envoyé la foudre en réponse les avait déçus en montrant sa faiblesse devant le dieu des chrétiens.

Une autre légende attribue l'initiative de cette réappropriation chrétienne à Saint Colomban. Ce moine irlandais qui a beaucoup voyagé en Gaule, aurait emmené un soir de Noël quelques religieux du monastère de Luxeuil-Les-Bains, fondé par lui au pied des Vosges en 590, au sommet d'une montagne. Là se trouvait un très vieux sapin, objet d'un culte païen chez les Celtes, qui considérait l'épicéa comme « l'arbre de l'enfantement ». Colomban et ses compagnons auraient alors accroché leurs lanternes aux branches de l'arbre, de manière à dessiner une croix lumineuse. Ce qui ferait du premier arbre de Noël un sapin français.

On raconte aussi que la ville de Riga, capitale de la Lettonie, aurait vu naître le premier sapin de Noël. Il aurait été installé en 1510, par une guilde de marchands. D'abord destiné à être brûlé pour le solstice, il aurait finalement été préservé, décoré et érigé sur la place du marché de la ville pour célébrer Noël. Aujourd'hui encore, une dalle de pierre en signale l'emplacement. Vrai ou faux? Sa rivale estonienne, Tallinn, lui en dispute la paternité.

Dès le Moyen-Âge, dans les pays germaniques
Selon d'autres sources, en 1521, en France, à Sélestat, dans le Bas-Rhin, on payait des gardes forestiers pour surveiller les sapins de la forêt. Les gens abattaient alors sauvagement ces arbres pour fêter la Saint-Thomas, le 21 décembre, ce qui dégradait la forêt de la région qui appartenait alors au Saint Empire romain germanique. Le développement durable avant l'heure.

Plus vraisemblablement, on date l'apparition de la tradition du sapin de Noël dès le Moyen-Âge, dans les pays germaniques. Une chose est sûre : cette coutume ne s'est imposée que très progressivement dans le monde chrétien, à partir de l'Europe du Nord et de l'Est. Elle a surtout été développée par les protestants comme alternative à la crèche chère aux catholiques.

.. à une tradition chrétienne
Pour enrayer le paganisme, l'Église décide d'introduire le sapin dans ses coutumes et l'associe à « l'arbre de vie » du jardin d'Éden. Une façon de remplacer le pommier (logique en plein hiver).

Au Moyen Âge, le conifère est présent sur les parvis des églises, et sert de substitut à l'arbre du paradis perdu. Au sommet trône l'étoile, qui peut rappeller celle de Bethléem.

Plusieurs sites d'information rapportent que la première trace écrite évoquant la tradition du sapin de Noël remonte à 1521, dans un livre de comptes de la ville de Sélestat (Bas-Rhin, en Alsace donc). L'on apprend dans ce registre que les gardes forestiers étaient payés quatre schillings pour surveiller les « mais » (arbres festifs) à partir du jour de la Saint-Thomas, le 21 décembre. « Si la ville de Sélestat doit ainsi protéger sa forêt en prévoyant une telle dépense, il est à supposer que le fait de décorer un arbre à cette époque de l'année était relativement courant et faisait partie des coutumes », indique le site Internet de la municipalité.

Selon RTL, l'arbre de Noël a connu une deuxième vie au XVIIIe siècle grâce à Marie Leczinska, épouse polonaise de Louis XV, qui a fait rentrer le sapin de Noël à la cour de Versailles.
Décorations : des pommes, aux boules en verre jusqu'aux guirlandes électriques

Les premières décorations étaient faites avec des pommes (encore une fois une référence au péché originel), puis avec des friandises. Ensuite, il a été décoré de bougies, douze exactement en référence aux douze mois de l'année. Mais, l'association d'un arbre et de bougies allumées n'avait rien de lumineux..

En 1858, la sécheresse frappa les Vosges du Nord et on ne trouvait plus de pommes à déposer sur le « roi des forêts ». Un souffleur de verre de Goetzenbruck eu alors la bonne idée de souffler des boules de verre pour remplacer les pommes en guise de décoration.

Quelques années plus tard, en 1880, Thomas Edison a mis au point la guirlande électrique qu'il a accrochée autour de son laboratoire à Menlo Park, dans le New Jersey, selon le Huffington Post. Deux ans plus tard, l'associé d'Edison a fixé des lumières rouges, blanches et bleues sur les branches d'un sapin de Noël dans une maison de Manhattan. Les guirlandes lumineuses se sont démocratisées à partir de 1930. Depuis, la tradition perdure et semble avoir encore de beaux millénaires devant elle !

Yareg, 23/12/2020 00:15 :
J'ai connu un sapin pervers, on l'appelait le Sapin-salinge !
Ok je sors !

Réponse de LLou

Roch Voisine - https://youtu.be/I2TwQ_rmafA

Écouter les clochettes
Du joyeux temps des fêtes
Annonçant la joie de chaque coeur qui bat
Au royaume du bonhomme hiver

Sous la neige qui tombe
Le traîneau vagabonde
Semant tout autour sa chanson d'amour
Au royaume du bonhomme hiver

Le voilà qui sourit sur la place
Son chapeau, sa canne et son foulard
Il semble nous dire d'un ton bonasse
Ne voyez-vous donc pas qu'il est tard?

Il dit vrai tout de même
Près du feu je t'emmène
Allons nous chauffer dans l'intimité
Au royaume du bonhomme hiver

Le voilà qui sourit sur la place
Son chapeau, sa canne et son foulard
Il semble nous dire d'un ton bonasse
Ne voyez-vous donc pas qu'il est tard?

Il dit vrai tout de même
Près du feu je t'emmène
Allons nous chauffer dans l'intimité
Au royaume du bonhomme hiver
Au royaume du bonhomme hiver
Au royaume du bonhomme hiver

Suivre Répondre
Veuillez valider votre email.

Infos tarot

Identification

Saisissez votre login :

Mot de passe :

Liens Règlement Distributions Contact Jeu de tarot

.